Actualités

nouvelles

Branche-toi à La Merced

La Fondation “Corazón Valiente” est en train d’obtenir des fruits et nous en sommes heureux. Récemment, deux membres des familles du quartier de « La Merced » ont trouvé un emploi grâce au projet « Branche-toi à La Merced », dans le cadre des activités de la fondation Marcellin Champagnat, « Corazón Valiente », de la ville de Jaén. Cette activité a lieu chaque mardi, dans les locaux cédés par les services sociaux de Saint- Philippe, dans ces temps difficiles pour trouver des emplois. Nous offrons un espace de recherche active d’emploi, à travers internet et les journaux. Spécifiquement, nous développons des techniques de recherche d’emploi (curriculum vitae, lettres de présentation, préparation des entretiens de travail…), l’offre de travail/formation et l’intermédiation de travail. Cette initiative est développée par des techniciens et deux volontaires de la Pastorale Mariste de Jaén. María del Mar a trouvé un travail comme employée au foyer interne (pour soigner une personne âgée). Nous avons reçu la demande d’un profil de cette catégorie professionnelle et nous avons effectué la sélection parmi les différents candidats provenant des familles du quartier. Cela montre aussi que « Corazón Valiente » est de plus en plus connu à Jaén. Alejandro, qui apparaît dans les images, a été sélectionné pour travailler dans une importante entreprise de plomberie. Et tout cela, grâce à l’itinéraire personnalisé de recherche d’emploi et à l’accompagnement que nous leurs avons offert pendant tout le processus de sélection. [gallery link="file"

En savoir plus

nouvelles

Des élèves de seconde du Collège Mariste de Valencia réussissent à envoyer un ballon d’hélio à la stratosphère

« Maristas Space Balloon », c’est le nom du projet scientifique sur lequel ont travaillé les élèves de Seconde tout au long de cette année. Leur principal but était de lancer un ballon d’hélio qui puisse atteindre une hauteur proche des 30 km, plus de trois fois celle des vols commerciaux. Ce ballon est attaché à une cage-sonde qui contient, entre autres dispositifs, une caméra qui enregistrera tout le vol du ballon. Elle pourra montrer des images de la stratosphère d’où on pourra apprécier la courbure de la Terre et sa limite avec l’espace. À cause de la diminution de la pression à cette hauteur, le ballon augmente de volume jusqu’à ce qu’il ne puisse plus supporter la tension, et il explose. À cet instant, la sonde commence à tomber et, lorsque l’atmosphère est assez dense, s’ouvre alors un parachute qui freine sa descente jusqu’au moment où tout le combiné arrive à terre. Nous pouvons alors récupérer la sonde grâce à un dispositif GPS dont elle est équipée et qui nous fournit sa position. C’était sans doute un projet passionnant et complexe en même temps. Les élèves ont dû travailler et étudier différents domaines scientifiques : physique de l’atmosphère, localisation par GPS, rôle des capteurs avec microprocesseurs, etc. Toutes ces connaissances ont été mises en pratique pour dessiner la « cage-sonde », faire des simulations, calculer la possible trajectoire du ballon… De plus, on a ajouté à la cage-sonde un « minion » déguisé en saint Marcellin Champagnat, qui en serait le témoin pendant tout le vol. Le lancement du ballon, réalisé à Utiel, fut un moment très émouvant pour tous les élèves et les professeurs qui étaient présents, parce qu’ils voyaient que tout leur travail se matérialisait en quelque chose de réel. Le lancement fut un succès, mais il restait encore la partie la plus difficile et qui générait plus d’incertitudes chez toutes les personnes qui avaient participé au projet : la récupération de la cage-sonde. La prédiction calculée pour la trajectoire du ballon n’était pas erronée et, deux heures après le lancement, nous avons commencé à recevoir les messages du GPS et nous avons pu récupérer la cage sans trop de difficultés. La joie fut énorme et l’objectif était réalisé, car nous avons pu vérifier que le ballon avait atteint pas moins que 30 235 m. Mais la joie fut plus grande encore lorsque nous avons vu les images enregistrées par la caméra et que nous avons vérifié qu’elles étaient encore plus spectaculaires que ce qu’on n’aurait jamais pu imaginer.   C’était sans doute une expérience d’une haute valeur éducative, durant laquelle les élèves ont passé de bons moments, ont augmenté leurs connaissances et qu’ils ne risquent pas

En savoir plus

nouvelles

L’école « Suman2+ ouvre ses portes

La « Fondation Marcelino Champagnat » a fait démarrer à Málaga le projet « Suman2+ », une École de Deuxième Opportunité qui naît du défi de donner de nouvelles réponses aux jeunes qui se trouvent en situation de vulnérabilité sociale et qui cherchent à améliorer leur capacité d’employabilité. Notre objectif est de leur offrir de nouveaux chemins d’inclusion éducative et de travail à partir d’un projet de formation intégrale, où on travaille à travers des itinéraires éducatifs individualisés. « Suman2+ » fait partie du réseau des Centres de Formation Professionnelle pour l’Emploi en Andalucía, et diffère des autres par un projet innovateur qui réunit la formation non formelle à des jeunes en risque d’exclusion sociale, avec une certification professionnelle et avec un atelier de Sérigraphie et Imprimés qui voudrait réussir l’autofinancement de l’École. L’intention est de pouvoir élargir notre rayon d’action pour atteindre les plus nécessiteux. Ce nouveau modèle d’entreprenariat social est le fruit du grand pari qu’a fait la Province Méditerranéenne des Frères Maristes pour ce projet. Dans ce nouveau projet, prend forme une nouvelle ligne d’action où elle cherche à se réinventer pour rester à l’avant-garde. Nos installations ont été dessinées et construites pour procurer le meilleur service à ceux qui en ont le plus besoin. Il s’agit d’un Centre qui comprend deux salles de formation et d’un atelier disposant de la dernière technologie en Sérigraphie et Imprimés, avec lequel nous espérons reformuler beaucoup de projets de vie. Notre École, de plus, n’oublie pas les jeunes qui ont des différences fonctionnelles. C’est pour cela que depuis octobre 2015 nous avons travaillé dans deux domaines : un d’occupation et un autre d’emploi. Le week-end passé, nos élèves se sont présentés pour la première fois aux Concours d’État à Madrid pour des postes de préposé, une expérience qui, quel qu’en soit le résultat, aura valu la peine. La « Fondation Marcelino Champagnat » a été constituée en mai 2012, et c’est en mars 2015 qu’on a décidé de parier avec force sur ce projet. C’est grâce à l’appui économique de l’Institution Mariste, avec un fort investissement, et à la collaboration de l’Œuvre Sociale La Caixa et de la Mairie de Málaga, qu’on a réussi à mettre sur pied cette école qui veut ouvrir ses portes aux plus nécessiteux. La cérémonie d’inauguration a eu lieu le 16 juin à 09h30 , en présence de Juan Ignacio Zafra, directeur territorial de Caixabank d’Andalucía et de Murcia, le président de la « Fondation Marcelino Champagnat », Fernando Domínguez, Julio Andrade, conseiller de droits sociaux et de tourisme de la Mairie de Málaga, et finalement le Frère provincial de la Province Mariste Méditerranéenne, Juan Carlos Fuertes, responsable de l’Institution Mariste en Andalucía, Murcia, Communauté de Valencia, Badajoz, Liban, Syrie et le District de l’Afrique de l’Ouest. Dans son discours, le Frère provincial a souligné l’importance de l’éducation et de la transmission des valeurs aux jeunes qui ont moins d’opportunités. Durant cette année 2016, vont passer à cette École 80 personnes divisées en différents groupes et itinéraires. Nous aurons deux groupes de personnes avec une diversité fonctionnelle, pour un total de 25 élèves, avec l’appui de l’Œuvre Sociale La Caixa ; un groupe de 15 jeunes en situation de vulnérabilité, grâce à l’accord avec l’IMFE ; un groupe de 20 élèves qui proviennent de toute la Province grâce à la convocation de la « Noria de la Diputación Provincial » de Málaga et de l’Œuvre Sociale La Caixa ; un groupe de 10 élèves qui recevront une formation sur l’aide à domicile et par rapport à la dépendance ; et un groupe de 7 élèves de moins de 14 ans, du quartier où nous sommes installés, qui suivront un renforcement scolaire. Avec la satisfaction de voir un rêve se réaliser, la « Fondation Marcelino Champagnat » voudrait que cette présentation en société soit le début d’une histoire semblable à beaucoup d’autres, dans lesquelles les protagonistes seront toujours ceux qui ont le plus de difficultés. C’est pourquoi nos portes resteront toujours ouvertes à la collaboration avec toutes les entités qui cherchent les mêmes buts que notre École.   USINE  DE  RÊVES Mots à l’inauguration de Suman2+ Málaga, le 16 juin 2016     Bonjour tout le monde ! En voyant cette bâtisse de l’extérieur, on pense à une usine. En la voyant de l’intérieur, c’est confirmé. Elle est une usine de rêves. Un lieu où rêver vers un avenir meilleur pour tant de jeunes qui ont besoin d’une deuxième opportunité pour s’accrocher à cette société du point de vue éducatif et professionnel.   C’est une usine de rêves qui montre dès le départ le style mariste. Parce que, parmi les maristes, on rêve en famille. Ce n’est pas que quelqu’un se lève un jour et dise : On fait ceci et on le fait ainsi. Cette œuvre est le fruit de l’imagination, du dialogue et du travail de beaucoup de personnes qui rament dans la même direction. De plus, chez les maristes, les rêves deviennent réalité en famille. Si nous sommes ici aujourd’hui, en train de donner un statut officiel à cette œuvre, c’est parce que, à l’arrière, il y a beaucoup de travail, beaucoup d’heures, beaucoup d’efforts… de beaucoup de monde. Et je veux remercier tous ceux qui ont permis de rêver à cette œuvre, de faire en sorte que le rêve devienne réalité et qu’il permette de faire rêver tant de monde : le COEM, l’Équipe de solidarité, la Fondation Marcellin Champagnat, Fernando Domínguez, la communauté des Frères (Benito), le collège mariste Nuestra Señora de la Victoria (Francisco), Caixa, la Municipalité et d’autres organismes officiels. Merci à tous de votre soutien et de votre collaboration. Mais je voudrais dire un merci spécial à quatre personnes qui, d’une manière constante, joyeuse et efficace sont au pied d’œuvre. Merci Alejandro, Pablo, Reme et Juan Pablo. Ils sont l’Équipe éducative de « Sumandos más ». Que ces mots servent à vous témoigner mon appui et ma reconnaissance pour votre travail. Merci vraiment. Démarrer cette œuvre « Sumandos más » est une bonne manière de célébrer les 200 ans de vie des maristes, parce que, depuis le début de cette histoire, les enfants et les jeunes en difficulté sont le centre du travail éducatif mariste. Aujourd’hui, 200 ans plus tard, il continue à être une réalité. De plus, c’est une réalité qui nous unit directement à cette « Église en sortie » dont parle le Pape François, une Église en état permanent de mission qui se fait présente dans les périphéries géographiques et existentielles de ce monde, étant des témoins de la miséricorde de Dieu. Dans notre Province Méditerranéenne, à part les presque 100 volontaires qui chaque année participent aux Camps de Travail-Mission en différents pays du tiers monde, en Asie, en Afrique et en Amérique, ils sont nombreux (et chaque jour davantage) ceux qui sont impliqués dans les 11 œuvres sociales qui fonctionnent dans les quatre pays de notre Province : Espagne, Italie, Liban et Syrie. Une mention spéciale est à signaler pour la communauté méritoire des Frères et des Maristes bleus d’Alep, en Syrie, qui s’occupent de plus de 1000 personnes qui ont tout perdu à cause de la guerre ; grâce à leur programme d’émergence, ils aident ces personnes qui sont dans une situation extrême comme celle de la guerre et qui les fait souffrir depuis cinq ans. La solidarité est une bonne manière d’être en communion avec eux. À travers de telles œuvres, nous sommes en train de faire rêver à un monde meilleur plus de 2500 personnes à travers des programmes de renforcement éducatif et des classes d’intégration, d’accompagnement socio-éducatif, d’attention aux familles, d’accueil intégral, de formation et d’orientation au travail pour des émigrants et des familles en risque social, de programmes d’inclusion, de ludothèques et de programmes éducatifs d’emploi, d’accueil résidentiel de mineurs, de programmes d’émancipation de garçons et filles sans tutelle et de programmes éducatifs avec des enfants de la rue. Toutes ces initiatives s’ajoutent au volontariat et aux programmes d’éducation sociale de nos établissements scolaires, et promeuvent chaque année la solidarité parmi plus de 1000 élèves à partir de la classe de Seconde. Nous, Maristes de la Province Méditerranéenne, nous nous occupons de plus de 25 000 élèves en 25 établissements dans 4 pays. Y sont engagés plus de 2000 éducateurs : Professeurs, Catéchistes, Frères et Laïcs… C’est pourquoi c’est une joie chrétienne d’avancer ensemble d’une façon éducative dans toute cette réalité sociale qui touche tant de gens. Ensemble nous avons un même objectif : être le reflet de la tendresse et de la miséricorde de Dieu pour ce monde. Que Lui-même vous bénisse et bénisse chacun de ceux qui vont passer à « Sumandos más ». Fr. Juan Carlos

En savoir plus

nouvelles

La révolution de la tendresse

Chers Maristes de Champagnat, En avril de l’an passé, j’ai écrit une lettre adressée à vous tous. Elle avait pour titre Montagne : la Danse de la mission, et j’y réfléchissais sur la signification de cette première année de préparation au commencement du troisième centenaire mariste. Je tiens à vous remercier très sincèrement de la diffusion de cette lettre, comme aussi du bon accueil reçu, qui s’est manifesté non seulement par la lecture et la réflexion personnelles, mais aussi, assez souvent, par l’étude et le partage au sein de divers groupes. Et je vous en remercie, de manière spéciale, pour ce que cela signifie dans la communion avec la profonde réforme, d’esprit missionnaire, que le Pape François a commencée dans l’Église : J’espère que toutes les communautés feront en sorte de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour avancer sur le chemin d’une conversion pastorale et missionnaire, qui ne peut laisser les choses comme elles sont. Ce n’est pas d’une “simple administration” dont nous avons besoin. Constituonsnous dans toutes les régions en un “état permanent de mission” (Evangelii Gaudium,25). Ma lettre de cette année Fourvière veut continuer d’animer à vous engager dans la rénovation de l’Église, et, en cette occasion, à partir de la perspective communautaire laquelle demande une active participation de tous les baptisés. Le 23 juillet prochain, en rappelant la promesse de Fourvière, nous pouvons aussi renouveler dans notre coeur l’engagement d’être le visage marial de l’Église, par la promotion de communautés vivantes et ouvertes, profondément “samaritaines”, accueillant ainsi l’invitation de cette année jubilaire à être miséricordieux comme le Père.

En savoir plus

nouvelles

Conférence sur la Défense des Droits et de la dignité des Enfants

Du 18 au 22 avril 2016, notre Frère Provincial, Juan Carlos Fuertes, Fr. Mario Meuti (organisation), Fr. Daniel Taylor (Liberia), Fr. Francis Lukong (Supérieur du District de l’Afrique de l’Ouest) et M. Fernando Domínguez (Délégué Provincial de Solidarité et Président de la Fondation Marcellin Champagnat), ensemble avec le Conseil Général des Frères Maristes et les délégués de Protection des Enfants de chaque Province Mariste, se sont réunis à Rome dans la deuxième Conférence sur la Défense des Droits et de la dignité des Enfants, et ils ont traité les thèmes suivants : Prévention contre les abus sur les mineurs.                 Expériences de défense des droits et de la dignité des enfants dans le monde.                 Droits des enfants.                 Révision des politiques de prévention contre les abus et la maltraitance sur des mineurs dans les Provinces Maristes. Ce sont quelques-uns des thèmes traités pendant ces jours de rencontre interprovinciale à la Maison Générale

En savoir plus