nouvelles

1ère Assemblée provinciale des jeunes : phase locale

Les œuvres éducatives des Maristes Méditerranéenne en Syrie, au Liban, en Italie et en Espagne déploient la première étape d'un processus ouvert par la Province pour réfléchir sur le bien-être et la protection des enfants et des adolescents dans nos milieux éducatifs. Près de 3000 enfants et jeunes des œuvres maristes de Syrie, du Liban, d'Italie et d'Espagne ont entamé, à la fin de l'année 2023, un processus pour contribuer à améliorer leur bien-être et leur protection dans les établissements et les écoles maristes qu'ils fréquentent régulièrement. Dans une première phase locale, qui vient de s'achever, les élèves ont participé à une enquête pour analyser leur réalité ; et, réfléchissant en groupe, ils ont fait des propositions pour optimiser le bien-être, la coexistence et la protection dans l'environnement mariste. Cette phase vient de se terminer avec l'identification de possibles lignes d'action futures et l'élection des représentants de chaque établissement. Les chiffres de la participation des enfants par pays sont les suivants : Syrie, 55 ; Italie, 196 ; Liban, 769 ; Espagne, 1787. Ces chiffres sont proportionnels au nombre d'enfants et de jeunes accueillis dans les œuvres maristes de chaque région. L'âge des participants se situe entre 13 et 15 ans. Les jeunes représentants et les éducateurs qui les accompagnent ont participé (ou participeront bientôt) à des réunions en ligne organisées/programmées les 14 et 23 mars et le 4 avril 2024, afin de faire connaissance avec les participants d'autres villes et de s'initier à la dynamique de l'Assemblée internationale. La prochaine étape du processus sera la participation à la phase internationale, qui se déroulera simultanément du 19 au 23 avril 2024 dans deux lieux : Faraya (pour les garçons et les filles de Syrie et du Liban) et Madrid (pour ceux et celles d'Italie et d'Espagne). Plusieurs élèves de chaque école, accompagnés d'un éducateur, apporteront la réflexion locale à une assemblée de jeunes dans le but de parvenir à un consensus sur des propositions qui aideront à garantir les droits des enfants et les mesures de protection dans les œuvres maristes. Cette assemblée a un slogan qui est une déclaration d'intention envers les enfants et les jeunes eux-mêmes : " Ta voix compte ", qui sera aussi l’hashtag pour la diffusion de l'événement et de ses résultats. Ce processus est lié à l'initiative du Conseil général " DEBOUT, PARLE & AGIS ", qui a été réactivée ces jours-ci avec la diffusion d'un Guide pour que le droit des enfants à participer aux affaires qui les concernent devienne une réalité. Les conclusions de cette première Assemblée provinciale des jeunes contribueront à l'élaboration de lignes stratégiques qui renforceront la mission mariste dans le monde, en particulier en ce qui concerne la promotion et la sauvegarde des droits des enfants et la protection institutionnelle de

En savoir plus

nouvelles

Entre! Tu es chez toi

Nous entamons l'année scolaire 2023-2024 et nous le faisons avec une nouvelle devise et avec tout l'enthousiasme et l'espoir que nous mettons dans cette nouvelle étape qui commence. Nous vous souhaitons la bienvenue dans cette nouvelle année scolaire 2023-2024 ! Et nous le faisons à travers la nouvelle proposition éducative que les Provinces maristes de la Région européenne offrent comme devise commune : "Tu es chez toi". Une devise qui naît avec l'espoir de donner une réponse - une bonne réponse, une réponse chrétienne - à la réalité où nous vivons. Ainsi, la proposition mariste est celle d'être une maison où nous trouvons tous notre place, avec nos péculiarités et nos différences. Et surtout, maintenant qu'une nouvelle année scolaire commence, que nous devenions un lieu où nous nous sentons chez nous : soignés, accueillis, pris en compte, etc... Et pas seulement dans chaque école, mais dans cette grande maison commune qu'est le monde, où nous formons tous une grande famille globale. Cette expérience " d’être chez nous " est basée sur la manière dont Jésus accueille et accompagne, un exemple de regard attentif et inclusif sur la personne. C'est une expérience à laquelle nous avons été appelés dernièrement en tant que Maristes : devenir des " foyers de lumière et des phares d'espérance ", en prenant soin et en suscitant une vie nouvelle. Pour n’importe qui, être chez soi, c'est se sentir à l'aise, soigné, protégé, valorisé, aimé, réconforté, rassuré, calme, libre, faisant partie d’un ensemble, être protagoniste, honoré, respecté, écouté, proactif, reconnu... Alors comment ne pas vouloir se sentir chez soi ? Et pas seulement nos enfants et nos jeunes, mais aussi les éducateurs et les familles, et tous les membres de la communauté éducative. C'est une manière d'être et de nous situer au monde que nous voulons diffuser aussi dans nos quartiers, nos paroisses, nos villes, notre Eglise et notre société. Et ce ne serait pas une vraie maison si elle n'était pas une maison pour chacun d'entre nous qui en faisons partie. La gestion des différences est une valeur fondamentale de notre maison. Permettre à chacun de renforcer sa propre identité, en prenant soin de toutes ses dimensions. Cela signifie éduquer à ÊTRE dans un monde tellement diversifié. La nature, les cultures, les sociétés et les capacités des personnes sont diverses. Et, dans cette réalité, nous nous sentons et nous sommes appelés à créer des environnements de croissance et de coexistence pour chacun de nos enfants et de nos jeunes. En tant que Maristes de Champagnat, l'inclusion est l'un des défis que nous devons toujours garder à l'esprit ; une recherche permanente pour répondre aux besoins de chaque instant, en reconnaissant la diversité humaine comme une valeur et un principe éthique et évangélique. C'est un appel à transformer les vies par l'éducation, sans laisser tomber personne. Penser à notre maison, c'est penser à nos centres éducatifs comme à des lieux offrant une variété d'options sur ce qu'il faut apprendre et sur la manière d’agir ; c'est faire place à des processus participatifs dans lesquels nous apprenons à dialoguer sur un pied d'égalité, à partager et à être responsables. Nous sommes une maison ouverte, où les institutions, les organisations et les groupes communautaires sont impliqués dans la conception de projets, où tout le monde participe et où le développement est facilité dans les différents contextes. Une maison qui favorise le chemin vers une vision de l'éducation comme une tâche partagée par les familles, les écoles et d'autres institutions sociales qui y sont engagées, comme notre Fondation Marcellin Champagnat, la Fondazione Siamo Mediterraneo ou nos chers Maristes Bleus. Cette devise est également liée au Pacte mondial pour l'éducation que nous demandons et aux engagements à mettre la personne au centre, à s'ouvrir à l'accueil et à l'écoute des jeunes générations ; en même temps, elle est liée aux multiples messages de la Bible en termes d'équité, de relations, d'attention, de protection… Bref, "être chez soi" est plus qu'une simple expression. C'est quelque chose que nous ressentons au plus profond de notre être. C'est savoir qu'ici, chez les Maristes, vraiment, en lettres capitales et avec tout ce que cela signifie... TU ES CHEZ TOI. C'est un endroit où tu sens que tu appartiens, où tu te sens tout à fait à l’aise. Tout se résume à cela. Car il ne s’agit pas de n'importe quelle maison : c'est la maison des Maristes, c'est la tienne : Entre, tu es chez toi. Bonne année scolaire

En savoir plus

nouvelles

Aux éducateurs des œuvres sociales de la Province Méditerranéenne (Lettre ouverte VI)

LE REGARD LUMINEUX ET LES PIEDS SUR TERRES Le jeûne qui me plaît, n’est-ce pas ceci : faire tomber les chaînes injustes,délier les attaches du joug, rendre la liberté aux opprimés, briser tous les jougs ?N’est-ce pas partager ton pain avec celui qui a faim, accueillirchez toi les pauvres sans abri, couvrir celui que tu verras sans vêtement,ne pas te dérober à ton semblable ? Alors ta lumière jaillira comme l’aurore… (Is. 58, 6-8) Aux éducateurs des œuvres sociales de la Province Méditerranéenne Le 27 mars 2020, il y a tout juste trois ans, nous avons été témoins d'une image inhabituelle qui reste encore dans nos esprits et fait désormais partie de l'histoire récente du Vatican et du monde. C'était le vendredi de la quatrième semaine de carême. Le pape François, seul, marchait sur une place déserte et baignée par la pluie. Il a monté les marches de la basilique Saint-Pierre jusqu'atteindre l'atrium de l'église. De là, il a adressé une extraordinaire bénédiction "urbi et orbi" à un monde assiégé par le coronavirus. "À la faveur de la tempête, a-t-il déclaré, est tombé le maquillage des stéréotypes avec lequel nous cachions nos "ego" toujours préoccupés de leur image ; et reste manifeste, encore une fois, cette appartenance commune, à laquelle nous ne pouvons pas nous soustraire : le fait d’être frères”. Il me semble opportun de commencer en rappelant ce moment et en évoquant l'image puissante, consolatrice et prophétique de cet après-midi pluvieux. D'une voix à la fois ferme et tendre, François a rappelé au monde que "personne ne se sauve tout seul" et que "nous nous trouvons tous dans la même barque". Inspiré par cette image, je vous écris aujourd'hui sous la forme d'une lettre ouverte. Comme les précédentes, elle s'adresse à toute la province et, en cette occasion, plus particulièrement aux éducateurs de nos œuvres sociales. C'est pour moi l'occasion d'exprimer ma gratitude pour votre travail et, surtout, pour le témoignage de vos vies.     La bombe de la pauvreté Nous vivons dans une société qui mythifie la jeunesse et le temps présent. Comme Peter Pan, elle ne veut pas devenir adulte et cache ses rides comme si elles n'étaient pas l'expression authentique de la beauté d'une vie épanouie. C'est La pauvreté a de nombreux visages. Nous pouvons les voir près de nous, sur nos lieux de travail et dans les quartiers où nous vivons. Mais aussi dans des pays lointains où la vie quotidienne devient un exercice de survie permanent et pénible. Ce sont les visages d'hommes, de femmes et d'enfants frappés par la douleur, la marginalisation, le manque de services de santé, la malnutrition, la privation de liberté et de dignité, les migrations forcées, le manque de travail, etc. Ce sont des visages concrets, des êtres humains, des personnes avec des noms. Aucun d'entre nous n'ignore cette triste réalité. Chaque jour, dans nos écoles, nous nous occupons de centaines d'enfants ayant des besoins très divers qui, dans de nombreux cas, menacent leur croissance et compromettent leur avenir. Dans nos œuvres sociales, nous nous efforçons d'aider les enfants et les jeunes immigrés qui souffrent de la solitude et du déracinement ; nous apportons un soutien scolaire aux enfants issus de milieux défavorisés ou disposant de peu de ressources, et nous développons des projets visant à l'intégration des jeunes à risque sur le marché du travail. Vous, chers éducateurs, connaissez de près tous ces drames et consacrez le meilleur de vous-mêmes à panser les plaies et à déployer les rêves. La "Lettre d'Alep, n° 42" décrit la situation désespérée de la ville et parle de "la bombe de la pauvreté", qui est pire que la guerre. Il s'agit d'une véritable bombe qui, sous différentes formes et manifestations, menace la vie d'êtres humains dans le monde entier. En tant que disciples de Jésus, nous nous sentons appelés à la désactiver. A partir de notre foi en un Dieu devenu pauvre et toujours proche des exclus, l'engagement pour le développement intégral des plus abandonnés n'est pas facultatif, il fait partie de notre essence, du cœur même de notre être chrétien. Nous pourrions dire que notre mission, enracinée dans la foi de l'Église, est de désamorcer la bombe de la pauvreté et de contribuer par notre vie à la construction d'un monde plus humain. Un matelas pour Berlier. La solidarité n'est pas une mode de notre temps, elle ne peut pas non plus devenir un étalage de notre générosité. C'est plutôt un mode de vie qui émane de l'Évangile et aussi de nos origines maristes. “La sensibilité de Marcellin Champagnat aux besoins et aux souffrances des enfants de son temps nous pousse à répondre aux défis émergents auxquels l’humanité est confrontée aujourd’hui” (Const. 59). Je voudrais partager avec vous deux histoires de la vie de Marcellin Champagnat et des premiers frères. Je les trouve significatives. La première est racontée par le frère Jean Baptiste Furet et le frère Avit, tous deux chroniqueurs de nos origines maristes. La première se déroule en janvier 1825, quelques mois avant que la communauté de La Valla ne s'installe à l'Hermitage. Marcellin était en voyage et, à son retour, un frère lui raconte le cas d'un jeune homme du Bechat qui était gravement malade et qui dormait sur la paille, presque nu et sans couvertures, en plein hiver. Il souffrait apparemment d'une sorte de trouble mental ; il ne permettait même pas à sa mère de s'approcher de lui, prétendant qu'elle voulait l'empoisonner. C'était le jeune Berlier. La réaction de Marcellin fut immédiate : comment est-il possible que les frères aient attendu qu'il revienne de son voyage pour réagir à ce besoin ? Il se met en route et se rend chez Berlier. Après un premier entretien pour essayer de le calmer et de le réconforter, Marcellin appelle l'économe et lui donne l'ordre de lui apporter un matelas, des draps et des couvertures. Mais, puisqu'il n'y a pas de matelas supplémentaire dans la maison, il décide, sans hésiter, de lui apporter le sien. L'histoire se poursuit, mais je m'arrête ici. Combien de fois nous nous noyons dans des projets, des programmes et des plans stratégiques et finissons par ne pas apporter de réponses concrètes aux besoins de notre environnement ? Le politiquement correct, la programmation et le consensus ont souvent raison de nous. Mais il y a des situations qui ne peuvent pas attendre le consensus. Je crois que Champagnat s'irriterait plus d'une fois contre beaucoup d'entre nous pour la même raison que, ce jour de janvier 1825, il s'est irrité contre les Frères de la communauté de La Valla. Nous devons donner la priorité au cœur. Sommes-nous prêts à céder notre matelas quand l'autre en a plus besoin que nous-mêmes ? Jean Baptiste Berne, l’orphelin qui a trouvé un père La deuxième histoire commence avec Jeanne Berne, une jeune femme ayant des problèmes de santé et vivant dans une extrême pauvreté. Elle était mère célibataire et avait un fils, Jean Baptiste Berne, né en 1811. Bien qu'elle se soit mariée par la suite, le fils n'a jamais été reconnu et a pris le nom de famille de sa mère. Pendant une longue période, Marcellin l'a aidée financièrement et l'a accompagnée spirituellement. Il lui apportait de la nourriture, des vêtements et du bois de chauffage. Mais l'hiver 1820 fut rude et Jeanne mourut. Elle laissait derrière elle Jean Baptiste, âgé de 9 ans, avec un avenir incertain. Marcellin l'accepta immédiatement dans le pensionnat des frères, et c'est là que commença une série interminable de maux de tête pour la communauté. Il était un enfant à problèmes, agressif et incapable de se soumettre à une quelconque règle. Souvent, il prenait la fuite. Les frères ont tout essayé, mais ils ont échoué à plusieurs reprises, au point de demander à Marcellin de l'expulser. Et chaque fois, Marcellin demandait aux frères de la patience et de fournir un dernier effort. Finalement, quelque chose s'est passé dans le cœur de cet enfant. Petit à petit, Jean Baptiste a commencé à changer. On l'a vu grandir à tous les niveaux, corriger ses attitudes et modérer son caractère. Il se sentait chez lui. À tel point qu'il demanda à devenir frère. Il fut admis au noviciat et porta le fameux habit bleu dont on se souvient encore aujourd'hui comme caractéristique de l'époque, et qui a inspiré, par exemple, le nom de " Maristes bleus" d'Alep. Il prononça ses vœux en 1828 et reçut le nom de frère Nilamon.  Voilà l'histoire de Jean Baptiste Berne, l'orphelin qui a trouvé un père en la personne de Marcellin. Deux ans plus tard, en 1830, il tomba malade et mourut, heureux et exemplaire, en tant que frère mariste. J'ai toujours été ému par cette histoire de foi inébranlable en l'être humain. Elle met en évidence deux des aspects les plus authentiques de nos origines et de notre manière de nous définir comme éducateurs : la pédagogie de la présence et le travail inlassable. Mais surtout, elle nous parle d'un éducateur à la sensibilité extraordinaire qui a su voir un frère dans un enfant orphelin et inadapté. Le regard lumineux et les pieds sur terre Je vous raconte ces histoires avec un œil sur nos origines et un autre sur la réalité actuelle de chacune de nos œuvres sociales. Grâce à votre travail éducatif, nous continuons à écrire les histoires de centaines d'enfants et de jeunes exclus qui, grâce à votre sensibilité et à votre engagement, regardent à nouveau l'avenir avec espoir. Je voudrais pouvoir vous transmettre un message d'encouragement et de soutien. Continuons à projeter nos meilleurs rêves à travers la Fondation Marcellin Champagnat, la Fondazione Siamo Mediterraneo, la NGO Sed, chacune de nos œuvres éducatives et toute autre plateforme qui facilite le développement de notre mission. Une mission qui ne sera jamais complète si nous ne vivons pas en profondeur la spiritualité dont elle jaillit. Lors de l'assemblée provinciale de 2015, nous avons utilisé une expression qui est devenue le titre des conclusions auxquelles nous sommes parvenus : "Le regard lumineux et les pieds sur terre". Nous faisions référence à la spiritualité qui animait Marcellin au début de sa mission à La Valla. L'étincelle dans ses yeux reflétait la passion qu'il ressentait pour l'Évangile et le désir de le partager. En même temps, nous l'imaginons les pieds dans la boue, engagé auprès des enfants et des jeunes les plus démunis. Toujours prêt à désactiver la bombe de la pauvreté et de la solitude. Des années plus tard, le 7 octobre 2019, l'Institut a publié le document "OÙ TU IRAS. Règle de vie des Frères Maristes " et au numéro 81, il utilise la même expression, cette fois-ci en se référant à Marie : "Comme Marie, marche, le regard lumineux et les pieds sur terre. Elle t’invite à aller vers d’autres frontières". C'est mon souhait, et aussi ma prière, en pensant à chacun de vous aujourd'hui. Merci ! F. Aureliano García Manzanal Alicante, le 27 mars

En savoir plus

nouvelles

Se protéger: règles d’autoprotection

L'Équipe d'Accompagnement " Pour le Bien des Mineurs " (EABBM) a réalisé une affiche qui contribue à ce travail de prévention et de sécurité des mineurs. L'engagement pour la protection de tous les mineurs présents dans les œuvres éducatives de Maristas Mediterránea et de la Fondation Marcellin Champagnat est permanent et se trouve dans un processus constant d'actualisation et d'amélioration. Dans cette ligne, l'Équipe d'Accompagnement " Pour le Bien des Mineurs " (EABBM) a promu une autre mesure pour promouvoir la prévention et contribuer à garantir la sécurité et le bien-être des enfants, adolescents et jeunes dans notre environnement. Concrètement, un poster intitulé "Protège-toi" a été conçu et réalisé, qui rassemble une série de règles d'autoprotection utiles et orientatives pour renforcer les compétences de protection des élèves des écoles maristes et des utilisateurs des programmes de la Fondation. Concrètement, il y a sept mesures ou actions à réaliser si une personne se trouve dans une situation de danger potentiel. À cette fin, des textes brefs et simples ont été inclus, ainsi qu'une série d'images illustratives pour faciliter l'interprétation des messages. En outre, les affiches comprennent une paire de codes QR visant, d'une part, à fournir des informations supplémentaires sur la protection des enfants et des adolescents et la création d'environnements sûrs et, d'autre part, à contacter notre équipe de protection de l'enfance en cas de problème lié aux abus ou à la maltraitance. Ce matériel graphique a été produit en deux versions. L'une, pour les niveaux supérieurs du primaire, du secondaire et du baccalauréat, avec des images adaptées à ces âges. L'autre, pour l'école maternelle et le premier cycle de l'école primaire, avec des pictogrammes qui facilitent la compréhension des plus jeunes. Les deux versions sont également destinées aux programmes de la Fondation Marcellin Champagnat. Ces règles d'autoprotection "Protège-toi" sont en cours de distribution dans toutes les œuvres éducatives de Maristas Mediterránea et au siège de la Fondation Marcelino Champagnat afin qu'elles puissent être placées, de manière visible et permanente, dans toutes les salles de classe et les espaces communs des centres. Une fois installées, les affiches seront présentées et expliquées dans toutes les classes. De même, lors des tutoriels sur la protection contre les abus, les tuteurs feront le lien entre le contenu des tutoriels et les messages, le sens et les objectifs des posters promus par l'EABBM. La version française des affiches est en

En savoir plus

nouvelles

Carême 2023 : Vaillants de Cœur

Le Carême commence, une saison liturgique de préparation personnelle et communautaire menant à la célébration de la Passion, de la Mort et de la Résurrection de Jésus Le Carême commence. Et nous sommes invités à nous concentrer sur le particulier (c'est une rencontre personnelle avec Dieu et avec notre vie) et sur le renouveau (afin de compléter le processus de "changement  conversion  vie"). A notre tour, nous avons souvent besoin, en de nombreuses occasions, du pardon et de la miséricorde pour recommencer (accepter, se réconcilier, pardonner et se pardonner...). Cette année, chez Maristas Mediterránea, nous avons choisi "Vaillants de Cœur" comme devise spécifique qui nous accompagnera tout au long du Carême 2023. Cette expression est liée à notre devise centrale du cours -Sourire du cœur- et tout ce qu'elle signifie et implique a été élaboré par l'Équipe Pastorale Provinciale (EPP). Et nous disons cette devise de Carême au pluriel parce que nous avons la force de nous sentir accompagnés par la communauté, par nos amis, notre famille, l'école, etc. À cet égard, nous demandons à Jésus que nous soyons forts de deux manières au cours de ces semaines. D'une part, que nous améliorions notre cœur (notre capacité à ressentir, à être sensible... bref, à aimer). D'autre part, que nous nous préparions à être forts dans l'adversité (situations d'injustice, de solitude, de maladie, de mort...), ainsi qu'à aider d'autres personnes à être fortes aussi. ⚠️ Alerte spoiler ! ⚠️ Tout cela, pour découvrir que notre vraie force est en Dieu et dans la communauté. Nous sommes dans une période spéciale où nous devons également prendre soin de nous - à l'intérieur et à l'extérieur - et nous concentrer sur ce qui est le plus important : le cœur. Et nous commençons tout cela aujourd'hui, mercredi des Cendres, lorsque nous célébrerons dans nos œuvres l'Eucharistie correspondante comme une authentique action de grâce, en mettant notre confiance en Jésus, qui marche avec nous en ce Carême ; et reconnaissants pour tout ce que Dieu change dans notre vie pour la rendre plus pleine. Frères et laïcs ; étudiants, cloîtres, familles... Toutes les personnes qui composent la grande famille mariste de Mediterránea célèbrent cette saison avec la joie de s'engager sur le chemin de Pâques et nous demandons au Dieu de la vie de changer notre deuil en danse, notre tristesse en joie, nos pratiques habituelles de carême en engagements réels pour humaniser notre monde et notre égoïsme en amour généreux. Cinq dimanches, cinq éléments Pour revenir à la devise du Carême, ainsi qu'à la «Vaillants de Cœur» toutes les images et tous les dessins, ainsi que la planification pastorale de ces semaines, présentent les éléments classiques de cette saison : - l'aumône (qui signifie donner, partager) - la prière (qui doit être authentique, à la fois individuelle et communautaire) - le jeûne (qui s'entend comme faire un sacrifice pour quelque chose, se priver, s'entraîner) - la conversion (qui appelle un changement personnel) - la charité (qui est synonyme d'amour, d'affection). En tout, cinq éléments, comme le sont les cinq dimanches du Carême, mais aussi comme le sont les jours de la semaine. Et, de fait, dans les prières quotidiennes préparées par l'EPP, la proposition est de mettre en valeur l'un d'entre eux de manière différente du lundi au vendredi. En plus de ces idées principales, beaucoup d'autres liées à ces éléments peuvent surgir dans ces moments de célébration communautaire. Pendant le Carême, nous sommes invités à réaliser ce type de rites ou de pratiques qui y sont liées, mais avant tout, quoi que l'on fasse, il faut le faire avec sincérité et authenticité. Rappelons-nous que ce qui plaît vraiment à Dieu, c'est ce qui vient de l'intérieur de nous, sans chercher les applaudissements ou la reconnaissance. Aujourd'hui, nous commençons, comme nous le disons, par l'imposition des Cendres, un rite classique mais qui peut être une nouveauté lorsque nous nous rendons compte que nous avons besoin d'être plus en contact avec nous-mêmes, avec Dieu et avec les autres. Parce qu'il s'agit de regarder en nous-mêmes pour voir nos faiblesses et nos imperfections, il s'agit aussi de reconnaître les forces et les talents que j'ai et ceux que les autres peuvent m'apporter... et apporter à Dieu. Le Carême nous prépare au grand défi de la Croix, une situation qui nous demandera d'être «Vaillants de Cœur». Alors commençons notre entraînement. Depuis Maristas Mediterránea, nous souhaitons que nous vivions le Carême comme une authentique opportunité de changement dans nos vies, en demandant à Dieu de nous aider à le vivre avec joie, engagement et rencontre personnelle avec

En savoir plus