Actualités

nouvelles

Un Jour Spécial de la Bonne Mère

Salutation du Frère Provincial à l'occasion de cet anniversaire avec lequel nous commémorons la naissance de Saint Marcellin Champagnat https://youtu.be/REhy_JD_a7E Nous sommes en mai, le mois de Marie, un moment où nous célébrons autour de cette figure maternelle et, plus précisément, où nous commémorons le 20 mai le jour de notre bonne mère. Cette année 2020, en raison de la situation exceptionnelle provoquée par la propagation du COVID19, la journée est vécue d'une manière particulière. À cet égard, le Frère provincial des Maristes méditerranéens, Juan Carlos Fuertes, qui est en détention en raison de la pandémie de coronavirus à Rome, a voulu envoyer un message de célébration basé sur la reconnaissance et merci à toutes les personnes qui composent la grande Famille mariste. Nous détaillons ci-dessous le contenu textuel de ce qu'il transmet dans sa vidéo: « Bonjour à tous ! 20 mai 1789. Marcellin Champagnat vient au monde en pleine Révolution française. L'époque que Marcellin a traversée a été une période de grands changements sociaux, économiques et religieux... Et là, à ce moment historique si complexe, il a été capable de contribuer à la création d'une société plus fraternelle avec ses rêves, ses capacités, ses idéaux... Marie, notre Bonne Mère, a été son soutien à tout moment. 20 mai 2020. Cela fait plus de deux mois que nous vivons la pandémie du COVID-19 avec ses mesures restrictives. Les rues, les magasins, les musées sont presque déserts... Nous sommes confinés dans nos maisons sans sortir, sans voir nos proches, sans pouvoir embrasser nos amis et notre famille. Les œuvres éducatives ont été des premiers à arrêter. Ainsi, nos écoles, nos œuvres sociales, nos activités pastorales, ont perdu leur élan, leur force, leur vie... Mais seulement en apparence ! Nous n'imaginions pas qu'une telle situation puisse se produire. Nous n'imaginions pas non plus quelle serait notre réponse. Enseignants, frères et laïcs, parents, personnel administratif et de service, catéchistes et animateurs, scouts, éducateurs et bénévoles, entraîneurs sportifs... vous avez donné le meilleur de vous-mêmes en ce moment, pour vous mettre au service de nos enfants et de nos jeunes.  Avec votre travail constant, avec votre créativité, avec votre engagement... avec le temps que vous y avez dédié, vous avez su prendre soin de nos enfants. Je voudrais avoir un souvenir particulier pour vous, les frères : pour le travail que vous avez continué à faire, en essayant de faciliter, de coordonner, de soutenir directement ou indirectement chaque œuvre, chaque projet et les équipes de gestion. Nous n'avions pas non plus imaginé la réaction de nos enfants et de nos jeunes. Vous nous avez montré votre grande capacité d'adaptation, votre acceptation de la situation (quelle qu'elle soit) ; vous nous avez appris que la difficulté est toujours surmontée avec force et joie ; vous avez été prêts à collaborer à tout moment. Avec vous, tout a été plus facile. À vous tous, je veux transmettre mon estime et mes remerciements, en mon nom propre et au nom de nous tous qui formons cette famille mariste de la Méditerranée. Et maintenant, y a-t-il un espoir pour l'avenir ? Le Pape François dit : « Nous pouvons avoir tant de problèmes, tant de difficultés… mais quand nous nous trouvons devant un enfant, un sourire apparaît en nous, simplement parce que nous nous trouvons devant l'espoir : un enfant est l'espoir ! » Au cours de ces mois, nous avons réalisé que tout est connecté, que ce qui se passe dans une ville à l'autre bout du monde a des conséquences dans notre propre maison. Nous avons également réalisé que nous pouvons créer des environnements sûrs et sains autour de nous, si nous agissons en nous souciant des autres. En plus, au cours de ces mois, nous avons inventé de nouvelles façons d'éduquer, de communiquer, de prendre soin de nous-mêmes, de faire du sport, de faire des activités pastorales… pour annoncer l'Évangile de Jésus. Nous pourrions dire que nous avons dépassé les limites de ce que nous connaissions déjà, que nous avons franchi les frontières de ce que nous savions déjà, que nous sommes devenus plus universels car, pour les maristes, tous les diocèses du monde entrent dans nos plans (comme dirait Marcellin). L'espoir de Marcellin était un monde de fraternité. Il y a consacré toutes ses forces. Aujourd'hui, dans ce monde où tout est connecté, serons-nous capables d'inventer de nouveaux chemins d'Evangile, de nouvelles manières de prendre soin les uns des autres, de nouvelles façons d'être frères, de nouvelles formes de fraternité ? Ensemble, nous avons réussi. Ensemble, nous y réussirons. Marie, notre Bonne Mère, sera notre soutien à tout moment. MERCI de marcher ensemble, de continuer à réaliser le rêve de Marcellin aujourd'hui ! Une forte, très forte, accolade pour vous

En savoir plus

nouvelles

Carême – Pâques 2020

Nous abordons le temps liturgique du Carême comme un moment privilégié pour nous préparer à la fête la plus importante de l'année chrétienne : la célébration de la Vie, Pâques, qui donne un sens à tout le reste. C'est une époque traditionnellement motivée par la conversion. C'est une occasion de nous regarder, de regarder le monde qui nous entoure et Dieu, et de marcher en tant que communauté dans la construction du Royaume de Dieu. Nous voulons continuer le voyage que nous avons commencé pendant l'Avent, en cherchant ces lieux, ces endroits où nous trouvons l'amour de Dieu. Pendant ce Carême, nous voulons transformer les lieux de souffrance en lieux de rencontre, les moments de conflit en moments de paix, les espaces de désespoir en espaces de paix. En bref, tout convertir avec l'amour de Dieu comme protagoniste. Nous avons comme destination de notre voyage le Royaume de Dieu pour toutes les femmes et tous les hommes de la Terre, en particulier pour les plus faibles et les plus abandonnés. Pour tout cela, nous avons 40 jours pour nous arrêter, pour faire de la prière le protagoniste de notre vie quotidienne. Et en même temps, de marcher du meilleur de chacun. Sur cette route, notre itinéraire comprendra cinq lieux spéciaux. Celles-ci seront déterminées par l'Évangile de chaque dimanche de Carême. Le lieu n'est pas aussi important que ce qui s'y passe. À Pâques, le moment est venu de faire l'expérience que l'amour et l'espoir triomphent de la douleur, du pessimisme et de l'indifférence face à un monde qui réclame justice. C'est pourquoi, après tout ce que nous avons vécu pendant le Carême, nous avons peut-être fait l'expérience de ce changement personnel, et que le chemin que nous avons parcouru nous a amenés à vivre le Royaume de Dieu dans notre vie.

En savoir plus

nouvelles

Les Maristes Bleus reçoivent le Prix International de Navarre pour la Solidarité 2016

C’est une reconnaissance de leur travail à Alep en Syrie et l’attention portée aux victimes d’une guerre qui dure depuis déjà 5 ans.   Le frère Mariste George Sabe, qui fait partie de la Province Mariste Méditerranéenne (qui englobe des oeuvres éducatives et sociales de l’institution mariste en Extrémadure, Andalousie, Murcie, la Communauté de Valence, l’Italie, le Liban et la Syrie) a reçu ce midi à Pamplone (Navarre) le “Prix International de Navarre pour la Solidarité 2016” pour le travail que réalisent les Maristes Bleus dans la ville d’Alep, en Syrie, où ils risquent leur propre vie pour prendre soin des personnes touchées par la guerre, aussi bien les propres résidents de la ville d’Alep que les déplacés d’autres régions du pays. Au moment de décerner ce prix, le jury a pris en compte leur travail, et celui des personnes volontaires qui travaillent avec eux en réseau avec d’autres organisations chrétiennes, musulmanes et non confessionnelles, ainsi que du fait qu’ils soient restés à Alep quand la guerre a commencé, continuant ainsi leur long parcours d’aide à la population vulnérable. Sabe, qui les a remercié pour l’attribution du prix, espère surtout que ce prix serve à sensibiliser le public à la situation critique qui est vécue en Syrie et au besoin d’un accord international pour que la violence s’arrête. “La guerre d’Alep est un nouveau mur de la honte, similaire à celui de Berlin, mais avec l’aggravation de la mort, plusieurs familles ont été séparées. Nous devons la faire cesser”. Les Maristes Bleus prévoient d’allouer la dotation du prix, 15.000 euros, à des programmes d’aide humanitaire et de sauvetage des personnes réfugiées du conflit syrien, ainsi qu’à des programmes éducatifs destinés aux enfants, une labeur qui compte sur l’appui de la propre ONG SED et de la Province Mariste Méditerranéenne à laquelle ils appartiennent. A cet égard, Sabe, qui a reçu une chaleureuse ovation du public présent, a parlé de la dénomination des Maristes, et du complément de Bleus qu’il a acquis, parce que c’est ainsi que les enfants à Alep ont commencé à les appeler en juillet 2012. “ Le point de référence dans tout ce que nous faisons est le charisme de Marcellin Champagnat. Et quand la guerre a éclaté en Syrie, nous étions entrain de collaborer dans un centre de mineurs à Alep et on portaient des tee-shirts bleues, et depuis ont nous a identifiés avec: “Les Bleus nous aident à étudier, les Bleus nous soutiennent face aux attaques, les Bleus jouent avec nous malgré les bombes…Ça nous a paru curieux et illustratif à la fois, vu que les premiers Frères Maristes, dans les premières années de fondation, portaient une veste bleue.” Le Prix International de Navarre à la Solidarité, otorgué conjointement avec le Gouvernement de Navarre et l’entité bancaire Laboral Kutxa, distingue ces institutions, organisations ou personnes qui excellent dans n’importe quel domaine de la coopération internationale. Sa candidature au Prix International de Navarre pour la Solidarité a été présentée par la ONGD Solidarité, Education et Développement (SED), qui collabore avec les Maristes Bleus en

En savoir plus

nouvelles

Circulaire 23 – Messe Cinquantenaire

Destinataires : Tous les membres de la Communauté éducative de Champville O b j e t : Messe d’inauguration du Cinquantenaire de Champville, le 15.10.2016, à 17 h 00 Chers Amis, Pour l’inauguration de Cinquantenaire du transfert du Collège des Frères Maristes de Jounieh (Kesrouane, depuis 1903) à Dik el-Mehdi (Metn) en 1966-1967, le Collège Mariste Champville va commémorer ce Jubilé d’Or en 2016-2017 par une célébration eucharistique, le samedi 15 octobre 2016 à 17 h 00 au Club Mariste Champville. Des activités particulières se dérouleront durant cette année scolaire et seront clôturées par une cérémonie spéciale à Harissa en juin 2017. Durant cette même année 2017, tout l’Institut des Frères Maristes, représenté dans 80 pays, fêtera également le Bicentenaire de sa fondation qui a eu lieu le 2 janvier 1817. Pour commencer, la Communauté des Frères Maristes et la Direction du Collège Mariste Champville vous invitent donc chaleureusement à participer, en famille aussi, à notre Messe d’ouverture du Cinquantenaire. Cette célébration eucharistique se tiendra sous le patronage de Son Excellence Monseigneur Gabriele Caccia, Nonce Apostolique au Liban, et sera présidée par Monseigneur César Essayan, Vicaire Apostolique des Latins au Liban. Mgr César Essayan était Ancien Élève, puis catéchiste/aumônier des Secondaires et responsable du Mouvement eucharistique des jeunes (MEJ) à Champville. En attendant la joie de nous revoir et de nous associer à notre action de grâce, nous vous exprimons nos meilleurs souhaits maristes pour cette année particulière. Léon KILZI Directeur Action de grâce, Messe 50aire Circulaire 23 - Messe

En savoir plus

nouvelles

Lettre d’Alep No 27

Révolte et Compassion La trêve négociée entre les russes et les américains est entrée en vigueur il y a maintenant 5 jours. Jusqu’à présent, elle est plutôt respectée. Les Alépins de confession musulmane ont pu fêter le Eid al Adha (la fête du sacrifice) dans les rues et les jardins publics sans avoir peur des mortiers et des bonbonnes de gaz pleines de clous et d’explosifs que les rebelles lançaient sur Alep depuis maintenant 4 ans et 2 mois faisant tous les jours de multiples victimes. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de carnage comme, il y a 70 jours, lors de la fête du Fitr, quand les mortiers lancés sur les quartiers civils, sur des rues pleines de familles en fête, ont fait des dizaines de mort, surtout des enfants. Mais les Alépins sont sur leurs gardes, ils sont sceptiques quant au respect prolongé de la trêve puisque celle-ci ne concerne pas les deux groupes reconnus comme terroristes par la communauté internationale, Daech et Al Nosra.

En savoir plus